La cellulite

Ce phénomène qui peut être particulièrement disgracieux touche en priorité les femmes, dont le tissu graisseux représente 20 à 30 % du poids (contre 10 à 15 % chez l'homme). À son origine se trouve un dysfonctionnement des cellules graisseuses.

Le centre d’amincissement anti-âge Hélène Galé spécialisé dans la presso thérapie, drainage lymphatique et les jambes lourdes vous propose la cryolipolyse, la radiofréquence, la cavitation et le vacum pour mincir et maigrir par le froid pour les hommes comme pour les femmes à Tarbes 65000 et Pau.

L'adipocyte

Cette cellule présente dans le tissu adipeux constitue un véritable ré­servoir de graisses. Elle possède une capacité de stockage des graisses presque illimitée : sa taille peut être multipliée jusqu’à 60 fois son volu­me initial ! Les adipocytes sont regroupés en lobules, séparés par des cloisons : l’excès de volume de l’adi­pocyte entraîne alors un étirement des cloisons et la formation de dépressions visibles à la surface de la peau. Celle-ci devient matelassée, et l’on parle de “peau d’orange”. Ce phénomène s’accompagne d’une compression des vaisseaux sanguins et lymphatiques, entraînant une perturbation de la micro­ circulation, d’où une rétention d’eau. 

 

Aux origines de la cellulite 

Face à ce phénomène, nous ne sommes pas tous égaux. La distri­bution du tissu adipeux varie en ef­fet selon le sexe et l’âge : elle se dif­férencie clairement à la puberté, et reste un phénomène particulièrement féminin. Le corps de la femme est ainsi bien plus riche en adipocytes que celui des hommes. Les cellules grais­ seuses se répartissent en particulier au niveau de l’abdomen, des fesses, des hanches, des cuisses ; chez les hommes, elles peuvent se retrouver sur­ tout dans la partie haute du corps (cou, épaules, ventre). 

 

Les facteurs liés au mode de vie 

S’il existe une prédisposition génétique à la cellulite (la culotte de cheval a sou­ vent un caractère héréditaire), certains facteurs peuvent aggraver cette prédis­ position. En premier lieu, le facteur nutritionnel. La stabilité du poids est en ef­fet un point important dans le contrôle du développement de la cellulite. On l’a vu, les adipocytes ont des capacités de stockage presque illimitées. De plus, les graisses ne procurent pas une sensation de satiété : les bonnes résolutions dié­tétiques pour lutter contre la cellulite doivent s’orienter vers un équilibre basé sur un apport faible en graisses. En se­cond lieu, sachez que le manque d’acti­vité physique aggrave les problèmes de circulation, souvent liés aux problèmes de cellulite. 

 

Les facteurs internes 

L’insuffisance veineuse (jambes lourdes, varices ou gonflements) favorise la cel­lulite. Mais plus encore, les hormones, qui ont une action directe sur le tissu adipeux, en particulier les œstrogènes. Puberté, grossesse, allaitement et mé­nopause constituent ainsi des âges clés pour la constitution de la cellulite. À l’adolescence, la sécrétion d’œstrogènes stimule une enzyme favorisant la fabrication des graisses. Lors de la gros­sesse, les besoins de l’organisme sont augmentés et le corps nécessite plus de calories (près de 300 supplémentaires par jour). Enfin, l’arrêt de sécrétion d’œstrogènes à la ménopause est à l’origine d’une accumulation de graisses. 

 

La cellulite incrustée 

Les adipocytes peuvent gonfler jusqu’à 60 fois leur volume, et avec le temps, ils s’emprisonnent dans le réseau fibreux, formant de véritables amas graisseux indélogeables. Comprimé, le retour veineux se fait mal et en profondeur, les tis­sus s’infiltrent douloureusement : la cel­lulite s’incruste. La barrière de tissu conjonctif grossit et s’épaissit, un peu comme l’écorce d’un arbre. Les graisses sont alors emprisonnées, isolées, et de­ viennent plus difficilement attaquables par les actifs des produits de soin. D’autre part, cette graisse ne peut plus être brûlée facilement par le corps com­me source d’énergie. Et en surface, l’épiderme se matelasse de plus en plus, pouvant même se marbrer.

 

Importance du psychisme 
Fatigue psychique, anxiété, stress ou dépression peuvent être à l’origine de troubles dans la régulation neuro-endocrinienne. La cellulite est alors favorisée. Il arrive que les psychotropes (certains médicaments utilisés dans les traitements psychiatriques) génèrent également une accumulation de cellules graisseuses.

 

À noter : Au moment de la ménopause, des zones cellulitiques peuvent apparaître sur des endroits nouveaux comme le ventre, les bras, les épaules ou les seins, dues à une accumulation de graisse androïde.

 

Mon conseil : La lutte contre la cellulite passe d'abord par l'exercice physique. La marche quotidienne qui active la circulation, les abdos et le vélo : si vous ne pouvez pédaler dehors, faites-le sur un vélo d'appartement. 

 

Le centre d'amincissement Hélène Galé, votre coach minceur anti-âge, vous propose de mincir ou de maigrir avec la cryolipolysela radiofréquence, la cavitation et le vacum à Tarbes 65000 et Pau 64000. Supprimez la cellulite qui vous gène et profitez des soins visage et corps et des compléments alimentaires Hélène Galé !

 

Centre Hélène Galé : 20, rue Soult à Tarbes - Tél. : 06 69 76 91 73 - 05 62 93 43 90
Mentions légales - Photos non contractuelles - Tous droits réservés © 2017
Réalisation par axynet