Les variations de poids chez la femme

Le poids de nos 20 ans est souvent  une référence pour les nutritionnistes. Il y a pourtant  des moments, dans la vie d'une femme, où les kilos s'accumulent. Il s'agit de réagir pour les chasser.

 

Les incidences du cycle hormonal Homme ou femme, comment avoir le ventre plat et maigrir vite du ventre ? Le centre d’amincissement anti-âge Hélène Galé vous propose un remodelage minceur pour perdre du poids avec le Cellu M6®, la cryolipolyse mais aussi la presso thérapie pour un drainage lymphatique et soulager les jambes lourdes.

Les hormones sont directement responsables de variations de poids propres à la femme. Elles ont un effet sur l'appétit, qui se modifie au cours du mois en fonction des phases du cycle menstruel. Durant la première moitié du cycle, la hausse du taux d'œstrogènes a tendance à faire diminuer l'appétit, tandis qu'au cours de la seconde moitié du cycle, celle de la progestérone l'augmente : notre organisme est alors enclin à stocker pour se préparer à une éventuelle grossesse. Par conséquent, un kilo pris avant les règles se perd bien souvent durant les deux semaines suivantes...

 

L'impact de la contraception 

Il n'est pas rare de constater une prise de poids lors d'une modification de contraception orale (première prescription ou changement de dosage). La pilule modifie en effet l'équilibre hormonal naturel, de manière variable selon les femmes. Un contraceptif peut donner faim ou provoquer des nausées. Il peut aussi ralentir l'activité physique et modifier les dépenses énergétiques, d'où une prise de poids sans que l'alimentation ait été modifiée. Seule solution : trouver avec votre gynécologue une pilule qui vous conviendra mieux. Puis, se mettre au régime pour perdre ces quelques kilos accumulés...

 

Les rondeurs de la grossesse 

9 à 12 kg, c'est la prise de poids « normale» pendant une grossesse. Environ la moitié de ces kilos (bébé, placenta et liquide amniotique) s'en va lors de l'accouchement. L'autre moitié reste acquise. Une partie vient de l'augmentation de volume de l'utérus, des seins, du sang et de l'eau. Tout rentre dans l'ordre dans les semaines qui suivent (un peu plus longtemps si vous allaitez). L'autre partie est constituée par de la graisse : 3 à 4 kilos en moyenne. 
Elle s'installe surtout au cours des six premiers mois de la grossesse. C'est une provision physiologique normale pour assurer les importantes dépenses énergétiques des mois suivants : fin de croissance du fœtus, accouchement et allaitement. Ce processus de stockage se déroule quelle que soit l'alimentation pendant la grossesse.

 

Le relâchement de la ménopause 

Grossir à partir de cinquante ans n'est absolument pas une fatalité. En effet, les kilos qui s'installent alors viennent essentiellement de ce qui se passe dans la tête. Car, si la production d'hormones sexuelles diminue effectivement peu à peu, ces hormones déterminent l'emplacement de la graisse, mais ne jouent pas sur sa quantité. La ménopause est surtout une période déterminante sur le plan psychologique : on redoute de vieillir et de perdre ainsi sa séduction. Le «tant pis, j'en profite» s'installe insidieusement. Plus ou moins consciemment, on «se relâche » : on refuse de se priver et de faire l'effort de bouger, d'autant plus que l'on est souvent persuadée que grossir est une chose normale quand on vieillit. En fait, on n'a pas davantage de raisons de prendre du poids à 50 ans qu'à 30 ans. Sauf, bien sûr, si l'on absorbe plus de calories que l'on en dépense...

 

Envie de sucre ?

C'est fréquent dans la seconde partie du cycle. Évitez les barres sucrées, trop grasses. Croquez plutôt des fruits séchés, qui ne vous apportent que des glucides.

 

Variations de poids et yo-yo :
Les variations de poids conduisent souvent à adopter, pendant quelques jours ou semaines, un régime très restrictif et forcément déséquilibré, surtout à l'approche des vacances ! C'est ainsi que l'on risque d'installer des kilos yo-yo qui, au fil des années, augmentent et deviennent de plus en plus difficiles à chasser.

 

Mon conseil : Ne vous lancez pas dans un régime drastique après un accouchement. Attendez que votre corps ait repris un rythme normal. Faites plutôt des abdos et des exercices renforçant le périnée. Si au bout de trois mois les kilos sont encore là, alors il faudra entreprendre de maigrir

 

A noter... Les œstrogènes peuvent induire une rétention d'eau et de sodium. On se sent alors « gonflée ». C'est une manifestation courante du syndrome prémenstruel. Tout rentre dans l'ordre dans la seconde partie du cycle.

 

Comment éviter les kilos yo-yo ?

Les kilos dits « yo-yo » sont un cauchemar, la plaie du poids.  Il faut absolument les éviter car ils sont dangereux pour la santé et conduisent trop souvent à une vraie obésité. Comment s'en débarrasser ?

Homme ou femme, comment avoir le ventre plat et maigrir vite du ventre ? Le centre d’amincissement anti-âge Hélène Galé vous propose un remodelage minceur pour perdre du poids avec le Cellu M6®, la cryolipolyse mais aussi la presso thérapie pour un drainage lymphatique et soulager les jambes lourdes.

Qu'est-ce que les « kilos yo-yo » ? 
Il s'agit des 3 ou 4 kg (ou plus) perdus lors d'un régime et repris ensuite. La succession des régimes amincissants, plus ou moins drastiques, enchaîne des kilos perdus et inévitablement retrouvés. On a constaté qu'au fil des années, la reprise de poids était plus importante que la perte. Mais aussi que l'amaigrissement devenait de plus en plus difficile. On élimine 3 kg, on en reprend 5 et, au régime suivant, on en perd 2 et on en retrouve 6 ou 7.

Le corps se venge 
Dès le premier régime que vous lui imposez, votre corps garde en mémoire qu'il a été privé de calories et d'énergie et qu'il en a été malmené car il n'avait plus à sa disposition tous les nutriments dont il avait besoin. 
Lors du régime suivant, il sait qu'il va être de nouveau bousculé. Alors il réagit naturellement : il fait des économies en diminuant sa dépense énergétique. De ce fait, le régime suivant est moins efficace : vous maigrissez moins que lors du premier, car votre corps dépense ses calories avec davantage de parcimonie que précédemment.

Une inopportune provision d'énergie 
Mais, comme il est prudent, votre corps va aussi faire provision d'énergie, au cas où la période de vaches maigres reviendrait. Et, le régime terminé, non seulement il ne renonce pas à ses économies d'énergie, mais il accentue le processus de stockage. C'est ainsi que l'on reprend plus de kilos que l'on en a perdus. Comme ils sont de plus en plus difficiles à déloger, ils s'accumulent et conduisent souvent à l'obésité.

Dangereux pour le cœur 
Une étude de référence se déroule aux États-Unis depuis une quarantaine d'années sur plusieurs milliers de femmes. Elle démontre à quel point ces kilos effacés et repris mettent la santé en péril. On a constaté que celles qui avaient ainsi joué avec leur poids mourraient plus jeunes que les autres. Ces maudits kilos yo-yo augmentent en effet le risque de maladies cardiovasculaires. Le taux de « bon » cholestérol s'abaisse tandis que les kilos s'accumulent.

Comment les éviter ? 

  • En ne plongeant jamais dans un «régime miracle», d'où qu'il vienne, même d'un médecin 
  • En adoptant un régime hypocalorique équilibré qui permet de maigrir mais qui rééduque en même temps les habitudes alimentaires
  • En maigrissant doucement, pas plus d'un ou deux kilos par mois. Ainsi votre corps s'habitue progressivement à la restriction calorique et ne se «vengera» pas
  • En ayant une activité physique régulière, ne serait-ce que de marcher tous les jours.

Comment les éliminer ? 

Tout d'abord, il est indispensable de faire son examen de conscience, c'est-à-dire un bilan alimentaire. Ainsi, vous saurez ce qui cloche et qui vous fait grossir. Quand on comprend ses erreurs, on sait comment y remédier. Ensuite, vous devez adopter un régime hypocalorique équilibré, choisi en fonction des résultats de votre bilan. En même temps, vous devez augmenter vos dépenses énergétiques de façon à ce que la différence entre les entrées et les sorties soit plus importante. Enfin, il faut s'armer de patience et de courage. Ces kilos yo-yo sont difficiles à déloger. Mais on y arrive !

 

Compensation 
On reprend d'autant plus vite du poids qu'après un régime très privatif,  on est frustrée et affamée.  Comme on a bien maigri, on se rattrape et on mange de plus belle, parfois d'ailleurs avec mauvaise conscience...
 

 A noter...  Regrossir après un régime express, c'est logique. Quand on l'arrête, on reprend les habitudes alimentaires d'avant. Or, ce sont celles qui faisaient prendre du poids.

 

                              Logo hélène galé vous propose des conseils diététiques adaptés avec un programme personnalisé  en savoir plus 

 

Mon conseil : Plus le premier régime est précoce, à l'adolescence, voire dès la sortie de l'enfance, plus les risques de yo-yo sont importants. Ne laissez jamais votre fille entreprendre un amaigrissement sauvage, surtout si elle se trouve trop grosse malgré un poids normal. Le dialogue mère-fille est alors important.

 

L'influence du poids sur la vie génitale 

Puberté, contraception,  grossesse, ménopause influencent  votre poids. A l'inverse, celui-ci  peut aussi avoir une incidence  sur votre sexualité. De récentes études  montrent  que le poids joue en fait un rôle direct sur la vie génitale,  chez la femme  comme  chez l'homme.

 

Homme ou femme, comment avoir le ventre plat et maigrir vite du ventre ? Le centre d’amincissement anti-âge Hélène Galé vous propose un remodelage minceur pour perdre du poids avec le Cellu M6®, la cryolipolyse mais aussi la presso thérapie pour un drainage lymphatique et soulager les jambes lourdes.Poids et libido 

Une sexualité épanouie exige une harmonie avec soi-même. Pour beaucoup de femmes, cette harmonie est liée à l'image qu'elles ont de leur corps et donc, souvent, de leur poids. L'image idéale individuelle est marquée par l'histoire personnelle, familiale et culturelle. De la minceur extrême aux petites ou fortes rondeurs, du corps musclé et ferme aux formes lisses et souples, les critères de beauté varient selon les époques et les cultures. Notre monde d'opulence privilégie aujourd'hui la minceur comme facteur essentiel de séduction. Et, effectivement, retrouver un corps plus léger, plus facile à montrer ou à mettre en valeur, permet souvent de réveiller des désirs endormis.

À l'inverse, de nombreuses femmes constatent une diminution de leur appétit sexuel après une perte de poids notable et retrouvent du désir quand elles reprennent des kilos. Ce phénomène traduit la persistance d'une réalité génétique régie par des mécanismes hormonaux complexes : plus la femme possédait de réserves, plus elle était apte à faire des enfants dans un monde où la famine était plus fréquente que l'opulence, et plus elle partageait avec l'homme l'envie de se reproduire.

 

Poids et reproduction 

Découverte en 1994, la leptine est une hormone fabriquée par le tissu adipeux (la graisse) et les ovaires, dont on commence seulement à entrevoir le rôle. Outre sa fonction régulatrice de l'appétit, elle intervient directement dans la reproduction en favorisant l'implantation de la grossesse et en signalant au cerveau le niveau de réserves que le corps a constituées en vue de l'allaitement. Le taux sanguin de leptine augmente pendant la grossesse et diminue aussitôt après l'accouchement ainsi qu'à la ménopause. 
Les femmes dont la sécrétion de leptine est déficiente libèrent moins d'hormones hypophysaires, lesquelles stimulent les glandes sexuelles : elles ont une libido quasiment nulle, par simple manque d'intérêt, en plus d'une prédisposition à l'obésité et une puberté tardive.

 

Poids et puberté 

Un minimum de leptine, parmi d'autres facteurs, est nécessaire au maintien des règles : celles-ci disparaissent quand le poids descend en dessous de 40 kilos au cours d'une maladie chronique, d'une sous-alimentation prolongée ou d'une anorexie mentale. Le même phénomène s'applique à la puberté : la présence d'un minimum de tissu adipeux sécrétant la leptine est nécessaire. L'absence génétique de leptine peut même s'accompagner d'une absence de puberté. On évalue à 42 kilos le poids moyen à partir duquel le processus pubertaire se déclenche. C'est probablement la raison pour laquelle les filles un peu rondes débutent leur puberté plus tôt que celles qui sont menues. C'est aussi ce phéno- mène, associé à une meilleure alimentation, qui expliquerait que l'âge moyen de la puberté a diminué de près de deux ans depuis le début du XXème siècle.  De  même, le fait que les jeunes filles aient proportionnellement plus de tissu gras que les garçons justifie en partie le décalage qui existe entre les deux sexes quant à l'âge moyen de début de la puberté.

 

Chez l'homme

Le poids semble jouer un rôle inverse sur la libido masculine. Beaucoup d'hommes voient leur appétit sexuel diminuer ou disparaître quand ils prennent trop de poids, puis s'améliorer avec un régime. Ce phénomène est peut-être dû à un effet inhibiteur existant entre la leptine et la testostérone, l'hormone sexuelle masculine.

 

D'autres hormones :
Une autre hormone récemment découverte, la ghreline, agit également sur le poids, l'appétit, la maturation sexuelle, la croissance et la reproduction. Elle aurait un rôle opposé (ou modérateur) à celui de la leptine sur le cerveau. D'autres molécules encore mal connues (GIP, NPY, MCH) pourraient compléter cette famille d'hormones.
 

Mon conseil : Ne mettez pas votre libido en péril en voulant maigrir au-delà du raisonnable, surtout si vous projetez d'avoir un bébé. Et, si votre compagnon trop rond a des faiblesses, persuadez-le de contrôler son alimentation.

 

A noter... Pendant les périodes de grande famine ou de restriction alimentaire, le taux naturel de fécondité s'est toujours effondré, à taux égal d'activité sexuelle, avant de rebondir en période de réalimentation. Le monde moderne avec son opulence alimentaire et sa restriction volontaire des naissances est une anomalie dans l'histoire de l'humanité.

 

Le centre d'amincissement Hélène Galé, votre coach minceur anti-âge, vous propose de mincir ou de maigrir avec la cryolipolyse à Tarbes 65000. Supprimez la cellulite qui vous gène et profitez des soins visage et corps et des compléments alimentaires Hélène Galé !

Centre Hélène Galé : 20, rue Soult à Tarbes - Tél. : 06 69 76 91 73 - 05 62 93 43 90
Mentions légales - Photos non contractuelles - Tous droits réservés © 2017
Réalisation par axynet