» Se soigner suivant les saisons, quand les maladies ont leur saison

 

SE SOIGNER SUIVANT LES SAISONS

Chaleur, soleil et eau sont les causes de la majorité des accidents et maladies estivales. Ils sont presque toujours évitables et nécessitent de prendre des mesures particulières.

L'été est la saison de la chaleur, nous le savons bien Or, comme le rappelle Pr Didier Raoult, infectiologue à l'IHU-Méditerranée Infectioi à Marseille, « si la surmortalité de l'hiver est due à la grippe, celle de l'été est liée à la canicule ». Les personnes âgées sont davantage exposées au risque de déshydratation en raison de l'isolement de maladies notamment rénales et souvent, de prises médicament ses qui augmentent ce risque. Il est nécessaire de les inviter à boire régulièrement mais aussi de revoir les prescriptions médicamenteuses recours, « Les traitements anti hyper-tenseurs sont les plus concernés, particulier les diurétiques, qui augmentent l'élimination de l'eau par les urines », rappelle le Dr Franc Abramovici. 

Une personne déshydratée risque des baisses de tensions avec des chutes ou des pertes de connaissance possibles.
Par ailleurs, elles sont également plus vulnérables à la chaleur en raison d'une moindre capacité de leur organisme à abaisser la température corporelle. Il faut donc les protéger de la chaleur en installant un appareil de climatisation et en leur proposant des boissons fraîches. Votre centre d’amincissement Hélène Galé Tarbes 65000/Pau 64000, vous propose des soins de cryolipolyse pour mincir ou maigrir afin de détruire la cellulite qui vous gène.
Et même que les enfants qui jouent au soleil, ou encore les sportifs, sont également plus exposés au risque de coup de chaleur ou d'insolation qui se manifestent souvent par des crampes, de la fièvre, des troubles neurologiques (étourdissements malaises) et, parfois, des vomissements. Installer alors la personne l'ombre, l'asperger d'eau fraîche et la faire boire si elle est consciente. 
Sinon, appeler les secours. L'eau peut aussi être une source des problèmes estivaux avec le risque d'otites externes, en particulier chez les enfants en cas de baignades prolongées et répétées, « L'humidité permanente dans le conduit externe de l'oreille fragilise celui-ci, avec un risque accru d'infection.Le traitement repose sur l'application locale d'antiseptique et, éventuellement, de cortisone ».

Jambes lourdes et allergies 

De nombreuses femmes souffrent par ailleurs de gonflement et de douleurs des jambes liés à des problèmes de circulation sanguine et accentués par la chaleur. C'est le syndrome des jambes lourdes. Marcher régulièrement, s'étendre avec les jambes surélevées, effectuer des massages éventuellement par un kinésithérapeute et porter des bas ou mi-bas de contention favorisent un meilleur retour veineux vers le cœur.

Votre centre d’amincissement Hélène Galé Tarbes 65000/Pau 64000, vous propose des soins de cryolipolyse pour mincir ou maigrir afin de détruire la cellulite qui vous gène.Enfin, le risque allergique persiste en été avec la libération de pollens notamment d'ambroisie et d'armoise, des mauvaises herbes qui poussent dans les terrains et jardins non entretenus. Les maisons de vacances rarement ouvertes ou peu aérées exposent également à d'autres allergènes, moisissures et acariens. Ceux-ci se développent de préférence dans les endroits chauds et humides et peuvent déclencher des réactions de type rhinite (éternuements, nez bouché, démangeaisons, larmoiements), conjonctivite et crise d'asthme. Il est indispensable d'aérer pour assainir l'atmosphère. Des antihistaminiques aident par ailleurs à soulager les symptômes.

 

ATTENTION AUX CHOCS THERMIQUES

Ajuster la température de la climatisation en fonction de la température extérieure, ne pas l'orienter directement sur soi et rentrer doucement dans une eau froide. L'organisme est sensible aux grandes variations de températures supérieures à 10 °C. Dans les cas les plus graves, un choc thermique peut entraîner une perte de connaissance voire un arrêt respiratoire. En outre, les muqueuses sont fragilisées par les chocs thermiques et cela peut augmenter le risque d'infections avec, par exemple, la survenue d'angines.

SE PROTÉGER DU SOLEIL ET S'HYDRATER

Rester à l'ombre dans la mesure du possible ou en cas d'exposition directe, garder des vêtements légers en particulier pour les enfants et appliquer régulièrement de la crème solaire sur les zones non couvertes. Boire 1,5 à 2 litres de boisson par jour et plus en cas d'exercice physique ou de forte chaleur. Prévoir suffisamment d'eau en cas de promenade ou d'activité.

BIEN CONSERVER LES ALIMENTS

Veiller à respecter la chaîne du froid pour les aliments. Le risque de contamination bactérienne est augmenté en été du fait de la chaleur. En cas de voyage à l'étranger, ce risque peut être accru selon les pratiques locales. Il faut alors éviter les aliments crus, laver soi-même les fruits et légumes et les peler, favoriser les viandes bien cuites ou encore le riz et boire de l'eau en bouteille.

Votre centre d’amincissement Hélène Galé Tarbes 65000/Pau 64000, vous propose des soins de cryolipolyse pour mincir ou maigrir afin de détruire la cellulite qui vous gène.VÉRIFIER SES VACCINS AVANT DE PARTIR EN VOYAGE À L'ÉTRANGER

Certains vaccins peuvent être nécessaires, recommandés, voire obligatoires. C'est l'occasion de vérifier que l'on est à jour dans ses vaccinations, par exemple contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite, qui doivent être renouvelées tous les dix ans.

SE PROTÉGER DES PIQÛRES D'INSECTES
Le risque de maladies transmises par les moustiques paludisme, dengue, chikungunya, zika peut s'avérer très sérieux selon les régions visitées. Aussi, des mesures de précaution contre les piqûres éloignent-elles sensiblement la menace : prévoir, entre autres, des vêtements longs, des moustiquaires, des produits anti-moustique. En outre, se gratter à l'endroit de la piqûre peut entraîner une surinfection locale.

SAVOIR NAGER : IL N'EST JAMAIS TROP TARD POUR APPRENDRE

On peut s'y mettre à n'importe quel âge ! C'est la première des mesures contre le risque de noyade. Près de la moitié des accidents concernent des personnes de plus de 45 ans. Par ailleurs, ne pas boire d'alcool avant la baignade ni ne surestimer ses capacités physiques, ne jamais partir sans gilet de survie en haute mer et se renseigner sur les conditions météorologiques.

 

QUAND LES MALADIES ONT LEUR SAISON

Grippe et rhume l'hiver, allergies au primtemps, déprime quand les jours rétrécissent... existe-t-il des fragilités saisonnières qui favorisent certaines maladies? Quelques explications pour mieux s'en prémunir.

Pendant des siècles, les hommes ont vécu au rythme de la lumière du jour et des saisons. Avec l'avènement de l'électricité, nous nous sommes affranchis de ces cadences, oubliant un peu rapidement que notre organisme est régi par des horloges biologiques internes. 
Ces dernières ont une influence majeure sur notre santé et notre bien-être. Et le poids du tempo saisonnier, moins connu que le rythme circadien, est loin d'être négligeable. « Pendant longtemps nous avons cru que les pathologies saisonnières comme les rhumes étaient liées aux cycles de vie des agents pathogènes. Mais, en fait, notre biologie est également saisonnière. Ainsi, en 2014, une étude a montré que nos gènes s'exprimaient différemment selon les saisons. Certains gènes liés au système immunitaire et inflammatoires s'expriment mieux l'été que l'hiver ». Votre centre d’amincissement Hélène Galé Tarbes 65000/Pau 64000, vous propose des soins de cryolipolyse pour mincir ou maigrir afin de détruire la cellulite qui vous gène.
Une récente étude a également montré que le système cognitif était plus performant au début de l'été qu'à d'autres moments de l'année. 
« Les chercheurs ont pu constater grâce à l'IRM une activité plus intense des zones du cerveau impliquées dans l'attention soutenue et la cognition un peu avant le début de l'été. Ce qui peut expliquer pourquoi nous nous sentons plus performants lorsqu'il fait beau à ce moment de l'année », analyse le Dr Claude Gronfier, neurobiologiste à l'Insem, à Lyon. D'autres études, plus controversées, ont tenté de faire un lien entre la fertilité et les périodes de l'année... Mais les preuves de l'existence d'une horloge annuelle restent rares. Seule la dépression saisonnière est à l'heure actuelle un effet reconnu chez l'homme dans les variations annuelles. 
« Elle se caractérise par une altération de l'humeur, de la somnolence et par une prise de poids au moment où les jours rétrécissent. Tout rentre dans l'ordre au printemps, lorsque les jours s'allongent », explique le Dr Gronfier.

L'explication ? 

Le manque de luminosité. L'été, nous recevons plus de lumière et produisons moins de mélatonine (hormone de la nuit) qu'en hiver. Chez certains, la sensibilité rétinienne est réduite et l'insuffisance de la lumière ne permet plus de bloquer la production de mélatonine, Pour y échapper, une seule solution : LA LUMINOTHÉRAPIE.

Au printemps l'organisme souffre encore d'un déficit de luminosité Mais même pour ceux qui ne souffrent pas du blues hivernal, cette période se révèle particulièrement éprouvante pour la santé. Les virus respiratoires qui prolifèrent vont entraîner leur cortège de rhumes, bronchites, gastro-entérites, bronchiolites et autres syndromes grippaux. Nez qui coule, fièvre, toux empoisonnent alors notre quotidien et celui de nos enfants.

Dans le pire des cas, certains de ces virus vont se révéler mortels. Une étude de Santé publique France estime que les infections respiratoires sont responsables de 25 % de la surmortalité constatée en hiver. Cette saison est en effet le moment de l'année où l'on meurt le plus. 


La raison ?

L'aggravation de maladies existantes, notamment cardiovasculaires, provoquées par le froid. L'organisme doit mobiliser davantage d'énergie pour contrer les effets du froid et maintenir la température du corps, comme le rappelle le site de la Fédération française de cardiologie. Pour cela, le cœur se met à battre plus rapidement, sa consommation d'oxygène augmente et les vaisseaux se contractent, favorisant la coagulation du sang. D'après une étude publiée par le British Médical Journal, chaque réduction de température de 1 °C est associée à une élévation de 2 % du risque d'infarctus du myocarde dans les quatre semaines qui suivent... La Fédération française de cardiologie donne quatre conseils pour prendre soin de son cœur par temps froid : se couvrir chaudement, en particulier les extrémités et la tête, éviter les efforts brutaux sans échauffement préalable, limiter ses activités en cas de pic de pollution et, surtout, rester attentif à la survenue de certains signes d'alerte.
Avec l'arrivée du printemps et le retour des beaux jours, l'enthousiasme n'est pas toujours au rendez-vous. « On a accumulé durant tout l'hiver un déficit de luminosité et ce n'est pas parce qu'il fait beau depuis une semaine qu'on a rechargé ses batteries ! 
Par ailleurs, cette période est aussi souvent celle où l'on intensifie sa vie sociale. On voit autour de soi des gens heureux, c'est la saison des amours, etc., et cela peut renvoyer certaines personnes à leurs propres difficultés », déclarait le psychiatre Florian Ferreri lors d'un entretien paru dans le Figaro en 2015. 
C'est également la saison où nous allons devoir faire face aux allergies respiratoires avec l'éclosion des pollens. Des allergies responsables de troubles du sommeil, de fatigue intense mais aussi de troubles de la concentration, de difficultés scolaires et d'apprentissage... 
Quelques mesures préventives peuvent être prises pour aborder au mieux les pathologies spécifiques de chaque saison.

 

Le centre d'amincissement Hélène Galé, votre coach minceur anti-âge, vous propose de mincir ou de maigrir avec la cryolipolyse à Tarbes 65000. Supprimez la cellulite qui vous gène et profitez des soins visage et corps et des compléments alimentaires Hélène Galé !

Centre Hélène Galé : 20, rue Soult à Tarbes - Tél. : 06 69 76 91 73 - 05 62 93 43 90
Mentions légales - Photos non contractuelles - Tous droits réservés © 2017
Réalisation par axynet