» L'encyclopédie Hélène Galé

 

LES SELS MINÉRAUX : LES BESOINS

Le centre d’amincissement Hélène Galé, votre coach minceur anti-âge vous permettra de maigrir et de rajeunir grâce à la cryolipolyse, votre cellulite sera enlevée rapidement et vous fera un ventre plat.

Les besoins augmentent dans certaines conditions physiologiques et dans certaines circonstances. Pendant la croissance, l'adolescent fixe 3 fois plus de calcium chaque jour dans son squelette que l'adulte. Les besoins en calcium sont augmentés aussi chez la femme enceinte ou qui allaite, de même que ceux en magnésium, en zinc, en fer. Si la femme, avant la ménopause, de par ses pertes menstruelles, est plus susceptible que l'homme de manquer de fer, chez ce dernier l'activité sexuelle entraîne une peite de zinc, particulièrement concentré dans le sperme ; aussi connaît-il des besoins augmentés en zinc. On  a constaté depuis 20 ans, dans les banques de don de sperme par des hommes sains, que la concentration des éjaculats en spermatozoïdes avait diminué  de moitié. On accuse la pollution. Mais lorsqu'on voit  dans les enquêtes que plus de 80 % des adultes ne reçoivent pas les quantités recommandées en zinc, on se doute que la pollution n'est pas seule en cause.

Par ailleurs, la pollution elle-même présente des effets antinutritionnels. Ainsi, les métaux lourds, malheureusement de plus en plus présents dans les aliments, provoquent des surutilisations de zinc et de sélénium. Or ceux-ci sont nécessaires pour s'en protéger. Ces phénomènes se conjuguent et s'aggravent donc les uns les autres.

La pollution ne nous touche pas seulement à travers l'air que l'on respire, mais à travers les rayonnements solaires, l'eau que l'on boit, les aliments que l'on ingère. Lorsqu'elle augmente, les besoins en éléments utilisés pour la combattre et réparer les dégâts qu'elle occasionne augmentent  également. Un  phénomène bien connu chez les buveurs excessifs. Mais aujourd'hui il devient bien difficile d'échapper à un fardeau de polluants de plus en plus lourd. On peut seulement les réduire par des choix judicieux, et adapter ses apports minéro-vitaminiques aux besoins des systèmes qui les éliminent  et les neutralisent.

D'autre part, l'effort physique augmente les besoins en certaines vitamines et minéraux, le minéral le plus concerné étant le magnésium. En réalité, toute forme de stress, que ce soit l'effort, le froid, le chaud, le bruit, un accident, une opération chirurgicale, ou tout simplement une contrariété, un souci ou une tension psychologique (par exemple, une période d'examens scolaires ou universitaires), amène les cellules, et à leur suite le rein, à perdre du magnésium, éliminé dans les urines.

Les contraintes, que ce soit pour  les jeunes ou pour les adultes, semblent prendre de plus en plus d'ampleur. Le stress, comme la pollution, est devenu un phénomène de société. Ce ne sont donc pas seulement les sportifs qui relèvent d'une supplémentation compensatrice.

Enfin, héréditairement,  18 % de la population saine naît avec une capacité réduite à "fixer" le magnésium, c'est-à-dire à le garder dans les cellules, en particulier lors d'un stress. On  appelle ces personnes des « spasmophiles », car elles ont tendance à hyperréagir au stress. Bien que ce phénomène soit connu depuis longtemps, il était mai compris, et, surtout, peu de travaux scientifiques permettaient de bien l'expliquer. Aujourd'hui, des progrès importants ont été réalisés dans ce domaine, et l'on a même identifié des marqueurs génétiques de la spasmophilie, une entité à laquelle beaucoup de médecins ne croyaient pas. Lorsque quelqu'un était trop stressé, on lui donnait des anxiolytiques. Il n'est plus possible de le faire maintenant, sauf circonstance exceptionnelle.

Le traitement scientifique de la vulnérabilité au stress est le magnésium, auquel il est indispensable d'ajouter un "fixateur", la taurine, un acide aminé qui a remplacé les fortes doses de vitamine B6 employées dans le passé et qui se sont avérées potentiellement dangereuses.

D'autres terrains génétiques peuvent entraîner des besoins augmentés en certains minéraux.  Ce sont parfois des maladies rares, mais parfois des facteurs de risque répandus, comme le diabète, qui accroît les besoins en magnésium, en zinc et en chrome, ou l'hypertension essentielle, où les apports en potassium devraient être augmentés, et ceux  en sodium réduits.

De nombreuses maladies, et pas seulement celles qui comprennent des troubles de l'absorption intestinale, comme la maladie de Crohn, devraient être l'occasion de supplémentations adaptées.

De même, l'administration de médicaments peut interférer avec l'absorption de sels minéraux  ; ainsi, les corticoïdes réduisent celle du calcium, le fer celle du  zinc. 
Elle peut aussi interférer avec le métabolisme. Par exemple, le lithium diminue la libération de l'iode hormonal par la glande thyroïde, mais interagit aussi avec de nombreux ions : sodium, potassium, calcium et magnésium.

Enfin, les médicaments peuvent intensifier l'élimination urinaire  des minéraux. Le cas le plus connu est celui du potassium, dont une fuite est provoquée par les corticoïdes et certains diurétiques. Mais la plupart des diurétiques, même « épargneurs de  potassium », font perdre du magnésium, ce qui augmente le risque d'arythmie cardiaque et de  mort subite chez les malades déjà à risques 
(hypertendus, insuffisants cardiaques).

La banale caféine accroît l'excrétion urinaire du magnésium et du calcium, et les femmes qui boivent plusieurs tasses de café par jour font plus d'ostéoporose que les autres.

Enfin, l'exercice intense et la chaleur entraînent une perte en minéraux si la sudation est prolongée.

 

Le centre d’amincissement Hélène Galé, le spécialiste du Cellu M6® - l'arme anti-cellulite - depuis son invention en 1986 vous permettra de gommer vos excès de cellulite. Pour plus d’information, rendez-vous sur notre formulaire de contact.

Centre Hélène Galé : 20, rue Soult à Tarbes - Tél. : 06 69 76 91 73 - 05 62 93 43 90
Mentions légales - Photos non contractuelles - Tous droits réservés © 2017
Réalisation par axynet