» Alimentation et maladies cardio-vasculaires : la prévention et les risques

 

ALIMENTATION ET MALADIES CARDIO-VASCULAIRES : LA PREVENTION

Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde occidental. Si les traitements médicaux sont de plus en plus efficaces, la prévention est le meilleur moyen de diminuer le risque d'en souffrir un jour.

Comment maigrir vite ou mincir rapidement ? Grâce au centre d’amincissement Hélène Galé, votre coach minceur anti-âge, vous permettre un traitement anti-cellulite avec le Cellu M6®. Le remodelage de votre corps et visage se fera au centre Hélène Galé de Tarbes 65000, Pau.

Les principes de la prévention 

La prévention vise simultanément tous les facteurs de risque : le tabagisme, la sédentarité, le diabète, le surpoids, l'hypertension,l'hypercholestérolémie (excès de cholestérol). Chaque fois que vous faites un bilan de santé, votre médecin évalue ces différents facteurs pour vous donner les conseils appropriés à votre cas : c'est ce qu'on appelle la prévention primaire, qui doit débuter dès l'enfance et qui reste utile à tous les âges. Si vous souffrez déjà d'un trouble du type hypertension ou angine de poitrine, votre médecin sera alors beaucoup plus strict et exigeant sur votre alimentation et votre hygiène de vie : c'est la prévention secondaire.

 

Faire baisser votre cholestérol 

La lutte contre le cholestérol LDL (mauvais cholestérol) doit être une priorité. Vous devez éviter les excès de graisses saturées, celles que l'on trouve dans le beurre, les laitages entiers, les graisses végétales solidifiées, les morceaux gras des viandes de bœuf, mouton et porc, les œufs. Soyez également vigilant quant à votre consommation de pâtisseries et crèmes glacées, de plats cuisinés industriels et de fritures. Favorisez les laitages écrémés ou allégés, le poisson et la volaille, les huiles végétales d'assaisonnement (olive, noix, colza, tournesol). Augmentez sensiblement votre ration de fruits et de légumes, car les fibres et les vitamines qu'ils renferment vous aideront à diminuer votre cholestérol sanguin. Enfin, faites régulièrement de l'exercice physique.

Diminuer le sel 
Les Français consomment de 5 à 15 g de sel par jour, alors que nos besoins réels sont de 2 à 3 g. Les pouvoirs publics recommandent de diminuer de 20 % la consommation de sel dans les prochaines années. 
Les études montrent que, si chacun réduisait de 5 g sa ration quotidienne de sel, on éviterait un infarctus sur six et un accident vasculaire cérébral sur cinq. Lorsque vous cuisinez, salez peu et utilisez plus d'aromates pour donner du goût aux aliments. Évitez les plats industriels, souvent trop salés. Apprenez aussi à vos enfants à ne pas manger trop salé dès leurs premiers repas solides (vers 6 mois).

Un modèle de prévention 

Le régime crétois (ou méditerranéen) est un modèle en matière de prévention de l'infarctus par l'alimentation. Même après un premier accident, il évite 80 % des récidives par rapport à une alimentation standard.
Dans les grandes lignes, ce régime repose sur les préceptes suivants : 

  • chaque jour, consommez des céréales ou dérivés et des légumes secs, des légumes et fruits frais, des laitages, deux verres de vin rouge.
  • trois fois par semaine, prévoyez du poisson ou de la volaille à vos menus.
  • une fois par semaine seulement, consommez de la viande rouge 
  • cuisinez exclusivement à l'huile d'olive.

Les nutriments protecteurs 

Les oméga-3. Ce sont des acides gras qui protègent les artères. On en trouve dans les noix et, surtout, dans les poissons gras des mers froides, ce qui explique que les Esquimaux souffrent rarement d'infarctus malgré un régime très riche en lipides. Les antioxydants de type polyphénols et flavonoïdes. Ils sont particulièrement bénéfiques et évitent la formation de caillots. On en trouve dans le vin, le jus de raisin, la bière, le chocolat. Ces aliments ont tous un effet protecteur quand ils sont consommés en petite quantité, un intérêt qui disparaît avec d'éventuels excès. Il y en a aussi dans certains fruits et légumes. Les vitamines antioxydantes A, C, E. Elles sont bénéfiques si elles proviennent d'aliments.
Le vin et, peut-être, la bière. À petites doses (un verre par repas), ces boissons diminuent le risque de maladies vasculaires et cardiaques.

Le dépistage 
Chacun de nous devrait connaître dès l'âge de 20 ans son taux de LDL cholestérol et l'évaluation de son risque cardiaque grâce à un bilan de santé. Les assurés sociaux peuvent demander un bilan tous les cinq ans à leur caisse d'assurance-maladie.
 

Mon conseil : Apprenez à faire une cuisine moins riche en matières grasses pour vous protéger des maladies cardiaques et vasculaires. Les fruits et les légumes contiennent des polyphénols, des flavonoïdes et des vitamines antioxydantes : mettez-les à chaque menu.

 

LA PRÉVENTION DES L'ENFANCE
Il est plus facile de prendre de bonnes habitudes que d'en perdre de mauvaises. Apprenez à vos enfants à manger et vivre sainement dès leur plus jeune âge, sans céder à leurs caprices ou à leurs préférences. Plus la prévention commence tôt, plus elle est efficace.

 

À noter... Les médicaments (contre le diabète, le cholestérol, etc) diminuent certes le risque cardiaque ou vasculaire, mais ils ne peuvent vous mettre totalement à l'abri comme l'aurait fait une vie saine.

 

ALIMENTATION ET FACTEURS DE RISQUES CARDIO-VASCULAIRES

Toutes les enquêtes scientifiques le montrent : le mode alimentaire a une incidence directe sur la fréquence des maladies cardio-vasculaires, qu'il augmente ou diminue à long terme. Au fil des études, l'identification des facteurs de risque s'est affinée.

Un risque à long terme 

Les maladies cardio-vasculaires engendrent 50 % des décès en Europe et en Amérique du Nord, 35 % en Asie, 25 % en Amérique du Sud et 18 % en Afrique plus on mange, plus le risque est élevé. En Europe, les pays du Sud qui ont une tradition de cuisine à l'huile riche en acides gras insaturés (olive, noix, pépins de raisin) sont beaucoup moins touchés que les pays du Nord ou de l'Ouest qui ont des traditions culinaires à base de graisses animales (beurre,crème fraîche, saindoux). Les Albanais du Nord-Est ont une mortalité supérieure à ceux du Sud-Ouest simplement parce qu'ils consomment plus de viandes de mammifères. Il faut au moins vingt ans pour que les erreurs diététiques provoquent une maladie cardio-vasculaire. Infarctus artérite, accident vasculaire cérébral surviennent rarement avant 40 ans. Mais c'est dès 20 ans, et même souvent plus tôt, que l'on commence à se fabriquer soi-même ces maladies.

Les autres dangers alimentaires

Le sel. Comment maigrir vite ou mincir rapidement ? Grâce au centre d’amincissement Hélène Galé, votre coach minceur anti-âge, vous permettre un traitement anti-cellulite avec le Cellu M6®. Le remodelage de votre corps et visage se fera au centre Hélène Galé de Tarbes 65000, Pau.
Une consommation raisonnable de sel (3 à 5 g par jour) ne constitue pas un facteur de risque. Seuls les excès favorisent la survenue d'une hypertension, à l'origine de nombreuses complications.

Les sucres rapides. 
Consommés en excès, les produits sucrés sont fortement suspectés d'accélérer les lésions artérielles, que l'on soit diabétique ou non. Tout est question de mesure et d'équilibre.

Un régime trop calorique 

Qu'elle soit équilibrée ou non, une alimentation trop calorique est dangereuse pour le corps. L'obésité et l'excès de masse grasse qui en résultent sont des facteurs importants de risque cardio-vasculaire : une surcharge pondérale de 30 % multiplie le risque par deux chez l'homme de 40 ans.

La caféine. 
Qu'elle soit issue du café, du thé ou des sodas, la caféine accentue l'hypertension. Il est préférable d'en limiter les quantités. 
Le déficit en fruits et légumes. Il appauvrit la ration en antioxydants, indispensables à la protection des vaisseaux.

Le paradoxe français 

Les statistiques montrent que, en France, c'est dans le Gers, le Lot et le Lot-et-Garonne que l'espérance de vie est la plus élevée et cela, grâce à une moindre fréquence des maladies cardiaques. On aurait pu croire le contraire lorsqu'on connaît les traditions culinaires locales (oies et canards confits, foie gras, féculents souvent cuits à la graisse de ces volailles, au moins un verre de vin par repas). Ce phénomène, baptisé «french Paradox» par les diététiciens du monde entier, semble montrer que le choix des aliments est aussi important que la limitation de leur quantité. Dans cette région, on mange beaucoup de volailles et on cuisine avec leur graisse pauvre en acides gras saturés, on consomme peu de viandes qui en sont riches et l'on boit du vin : ce sont les trois facteurs qui semblent expliquer ce paradoxe. Accessoirement, ce phénomène a donné un coup de fouet à la production de vin dans le monde..

Les limites des études 

Les risques liés aux traditions culinaires 

  • familiales ou régionales
  • sont calculés pour de grandes populations. 

À titre individuel, ils doivent être appréciés en fonction de facteurs génétiques et du mode de vie de chacun. Le risque est plus élevé dans certaines familles que dans d'autres malgré une alimentation et des habitudes de vie similaires.

 

Mon conseil : Trois verres de vin rouge par jour, c'est la dose protectrice. Ne vous forcez pas à en boire pour autant ! Une alimentation pauvre en graisses saturées, des fruits et des légumes à chaque repas sont tout aussi protecteurs.

 

Le LDL cholestérol, premier ennemi 
Le cholestérol LDL mesuré dans le sang est, bien plus que le cholestérol total, le meilleur marqueur de risque cardio-vasculaire. En évoluant de 1 g/l à 1,60 g/l, on passe quasiment de 0 à 100 % de risques. Toutes les mesures diététiques ou médicales pour faire baisser le LDL sont bénéfiques. En revanche, un taux de cholestérol HDL supérieur à 0,45 g/l est reconnu comme protecteur. L'exercice physique est le meilleur moyen d'augmenter ce bon cholestérol.
 

LES ALIMENTS BENEFIQUES 
Le poisson, la volaille, la viande maigre, les laitages allégés (chèvre,brebis) doivent fournir l'essentiel des protéines. Il est par ailleurs conseillé de consommer au moins cinq portion de fruits et de légumes par jour et un verre de vin ou de jus de raisin par repas

À noter... Les autres facteurs de risque cardio-vasculaire corrélés au mode de vie sont le tabagisme, l'alcoolisme, l'excès de poids, la sédentarité, le stress. Agir sur l'ensemble des facteurs réduit le risque à un minimum incompressible lié à l'âge, au sexe masculin et à l'hérédité.

 

Le centre d'amincissement Hélène Galé, votre coach minceur anti-âge, vous propose de mincir ou de maigrir avec la cryolipolyse à Tarbes 65000. Supprimez la cellulite qui vous gène et profitez des soins visage et corps et des compléments alimentaires Hélène Galé !

Centre Hélène Galé : 20, rue Soult à Tarbes - Tél. : 06 69 76 91 73 - 05 62 93 43 90
Mentions légales - Photos non contractuelles - Tous droits réservés © 2017
Réalisation par axynet