» Les dossiers santé Hélène Galé

Boire : pourquoi, quand et comment ?

Il est indispensable de boire tout au long de la journée mais pas n'importe quoi et pas n'importe comment. Comment faire pour être bien hydraté(e) sans calories superflues ? 

Homme ou femme, comment avoir le ventre plat et maigrir vite du ventre ? Le centre d’amincissement anti-âge Hélène Galé vous propose un remodelage minceur pour perdre du poids avec le Cellu M6®, la cryolipolyse mais aussi la presso thérapie pour un drainage lymphatique et soulager les jambes lourdes.

 Pourquoi faut-il boire ? 
Tout simplement parce que l'eau est le principal constituant de votre corps. Elle représente plus de la moitié du poids d'un adulte et les trois quarts de celui d'un bébé. Elle se trouve partout : dans vos muscles, dans votre  graisse et même dans vos os pourtant si durs. Vos liquides corporels et vos sucs digestifs en contiennent de 96 à 99 %. Les milliards de cellules qui composent votre corps baignent dans l'eau et en sont remplis. C'est elle qui transporte tout ce qui vous permet de vivre et évacue les déchets. Comme vous éliminez entre 2 et 3 litres d'eau par jour, vous devez en absorber tout autant. La moitié dont vous avez besoin vous est portée par les aliments, l'autre par les boissons. En dehors de ce besoin physiologique aqueux, boire tranquillement un grand verre d'eau est un excellent moyen de se détendre lorsque l'estomac se serre sous un coup d'angoisse ou de stress. 

 Quand faut-il boire ? 
Pas seulement quand vous ressentez la sensation de soif. Quand celle-ci se manifeste, c'est que vous êtes déjà en manque d'eau : votre organisme n'a plus son quota. Or, une déshydratation même légère entraîne une sensation de fatigue diffuse, que l'on met souvent sur compte d'autre chose. Il se peut fort bien que vous vous réveilliez fatigué(e) tout simplement parce que vous avez un peu trop transpiré sous la couette : un grand verre d'eau est toujours nécessaire dès le réveil, surtout si vous n'avez pas assez bu avant de vous coucher. Buvez beaucoup au cours de chaque repas. Pensez à boire une ou deux fois au moins entre les repas. Buvez n'importe quand et n'importe où : en voiture, dans le bus, en marchant, en faisant vos courses, au bureau, quand vous cuisinez, quand vous faites du sport. Ainsi votre corps sera régulièrement hydraté. 

 Que faut-il boire ? 
Avant tout de l'eau pure car c'est la seule boisson qui ne vous apporte pas de calories, et de plus, c'est celle qui désaltère le mieux car elle ne pollue pas les papilles gustatives comme le fait le sucre. Aucun inconvénient à ce que cette eau soit parfumée à votre guise ou qu'elle soit une infusion (thé, café, tisane). Le tout est de ne pas lui apporter de calories inutiles avec du sucre. Toutes les autres boissons contiennent des calories. Celles de l'alcool pour le vin et les apéritifs (même très dilués), celles du sucre pour toutes les boissons sucrées. Non seulement vous n'en avez pas besoin, mais ces breuvages peuvent très vite déséquilibrer votre alimentation. Elles doivent donc être exceptionnelles, réservées pour des moments de fêtes.

 Comment faut-il boire ? 
Dans un verre, une tasse, un bol, au goulot d'une bouteille, avec une paille, peu importe ! Mais plutôt à petites gorgées : vous en retirerez plus de plaisir. Évitez l'eau trop glacée : le froid sature les papilles, amoindrit les sensations. Vous risquez de vous sentir désaltéré(e) alors que vous ne l'êtes pas. L'eau fraîche ou à température ambiante ou encore rafraîchie par un ou deux glaçons est meilleure. Café, thé, tisane : n'absorbez pas ces boissons brûlantes, même s'il fait très froid et que vous avez l'impression qu'elles vous réchauffent. Cette sensation est uniquement locale, de votre bouche à votre estomac. Mais outre le fait qu'elles peuvent aussi vous brûler localement, l'agression fréquente des muqueuses de l'œsophage, quand on a l'habitude de boire très chaud, finit à la longue par les irriter et provoquer des lésions qui peuvent devenir cancéreuses. 

Mon conseil : 
Organisez-vous pour boire régulièrement. Disposez des bouteilles d'eau partout à côté du lit, du bureau pour vous éviter d'aller en chercher une. Mettez-en une (petite) dans votre sac et remplissez-la au robinet.

 ATTENTION AUX SODAS LIGHT 
Si vous optez pour les sodas "light", souvenez-vous que les édulcorants qui les sucrent ne sont pas totalement innocents: ils peuvent déclencher une toute petite sécrétion d'insuline qui suffit à vous créer une fringale intempestive.

Bébés et eau pure : Un enfant a besoin de beaucoup d'eau mais pas d'eau sucrée. Autant ne pas l'habituer à la saveur du sucre dès son plus jeune âge mais à celle de l'eau pure. Il sera ainsi moins tenté ensuite par les boissons sucrées qui risquent de le faire grossir.

 A noter ...L'eau pétillante n'apporte pas de calories, mais elle peut susciter une "gonflette" dans un colon sensible pour cause de gaz supplémentaires à éliminer.

 

L'eau du robinet

Nul ne va se chercher un verre d'eau de distribution publique quand il a soif. C'est pourtant ainsi qu'elle se nomme. Disponible à chaque instant, elle est étroitement surveillée et sûre...  à quelques exceptions près.

 

Potable

C'est avant tout ce qu'elle doit être. Dans nos pays riches, on aurait plutôt tendance à considérer cela comme normal. 

Les critères de potabilité sont stricts.Homme ou femme, comment avoir le ventre plat et maigrir vite du ventre ? Le centre d’amincissement anti-âge Hélène Galé vous propose un remodelage minceur pour perdre du poids avec le Cellu M6®, la cryolipolyse mais aussi la presso thérapie pour un drainage lymphatique et soulager les jambes lourdes.

  • Qualité microbiologique : l'eau ne doit contenir ni parasite, ni virus, ni bactérie pathogène. 
  • Qualité chimique : les substances chimiques (autres que les sels minéraux) font l'objet de normes très sévères. 

Ces substances dites "toxiques" ou "indésirables" sont recherchées à l'état de trace (millionième de gramme par litre). Leur présence est tolérée tant qu'elle reste inférieure à un certain seuil. C'est le cas des nitrates qui ne doivent pas dépasser 50 mg par litre. 

  • Qualité physique et gustative : l'eau doit être limpide, claire, aérée et ne doit présenter ni saveur ni odeur désagréables. 

 

D'où vient l'eau de distribution publique ? 

60 % de l'eau potable proviennent des eaux souterraines qui s'accumulent dans des réservoirs naturels aquifères. Leur captage s'effectue parfois à partir d'une source mais le plus souvent par des forages (jusqu'à 700 m de profondeur). 
40 % viennent des eaux de surface : fleuves, rivières, lacs. 

 

Un nettoyage sophistiqué 

Toutes les eaux, d'où qu'elles viennent, sont traitées de différentes façons, toutes sophistiquées. Les eaux de surface passent d'abord dans des grilles pour éliminer les plus gros objets, puis dans des tamis fins. Elles restent dans un bassin de décantation où les plus lourds déchets se déposent au fond. Puis elles sont filtrées. Enfin, elles sont traitées pour être totalement assainies. Différents traitements sont appliqués : chlore, ozone, échange d'ions, neutralisation, acidification. 

 

La dureté de l'eau 

Ce que l'on appelle communément "dureté" de l'eau est son degré hydro-timétrique. Il provient de sa concentration  en calcium et en magnésium Celui-ci est optimal entre 12 et 15°. À partir de 30°, une eau est dite "dure". Ce qui est nuisible pour les canalisations, les appareils ménagers, les mains, le linge mais ne l'est pas pour l'organisme : bien au contraire, l'eau du robinet est ainsi un bon fournisseur de calcium et de magnésium, sels minéraux dont on manque souvent. Néanmoins, la norme exige que le taux de magnésium soit inférieur à 125 mg par litre.

 

Eau et nitrate 
Dans beaucoup de régions agricoles, l'eau du robinet dépasse les 50 mg par litre autorisés. Au-delà de 100 mg, l'eau est impropre à la consommation. Si vous habitez à la campagne, renseignez-vous bien. Ne donnez jamais de l'eau du robinet à un nourrisson et dispensez-vous d'en boire si vous êtes enceinte.

 

Mon conseil : Si l'eau de votre robinet a un fâcheux goût de chlore, c'est sans danger, simplement désagréable. Mais si vous la mettez en carafe et quelques heures au réfrigérateur, ce goût disparaîtra.

 

EAU ET PLOMB

Le plomb est toxique car il s'accumule dans l'organisme qui n'en a pas besoin. Une directive européenne a imposé que la teneur en plomb maximale de l'eau du robinet soit inférieure à 25 pg/l au 25 décembre 2003, puis à 10 pg/l avant le 25 décembre 2013. Si vous habitez dans une vieille maison aux tuyaux de plomb, faites toujours couler l'eau un moment avant de la boire (surtout le matin au réveil) : l'eau stagnante dans vos canalisations s'est peut-être chargée de ce métal.

 

À noter... Votre mairie et la compagnie qui dessert votre commune en eau sont tenues de vous fournir à n'importe quel moment la composition exacte de l'eau que vous buvez.

 

Les eaux de table et les eaux de source

La superficie des rayons "eaux" dans les grandes surfaces est impressionnante. Les packs d'eaux en bouteille s'y accumulent. Comment distinguer "eaux de table" et "eaux de source" ?

Homme ou femme, comment avoir le ventre plat et maigrir vite du ventre ? Le centre d’amincissement anti-âge Hélène Galé vous propose un remodelage minceur pour perdre du poids avec le Cellu M6®, la cryolipolyse mais aussi la presso thérapie pour un drainage lymphatique et soulager les jambes lourdes.

La jungle des eaux en bouteille 

Les Français boivent près de dix milliards de litres d'eau embouteillée par an. Ce qui fait, en moyenne, 124 litres par an et par personne. Et nous place au deuxième rang européen. Les Italiens sont encore plus consommateurs que nous avec 150 litres par an. Nous sommes donc de très gros consommateurs d'eaux que nous appelons généralement de "l'eau minérale" par rapport à celle du robinet. Or, les "eaux de table" et les "eaux de source", si elles sont bien dans des bouteilles ne sont pas pour autant de « l'eau minérale ». 

 

D'où vient l'eau que nous buvons ? 

Celle qui coule du robinet est Peau de distribution publique". Elle se doit d'être potable, c'est-à-dire ne pas porter atteinte à la santé. Les critères de potabilité sont très stricts. L'eau provient, selon les régions, de nappes souterraines, de sources ou de cours d'eau. Avant d'arriver dans nos éviers ou nos lavabos, elle a subi des filtrages et a été traitée au chlore ou à l'ozone de façon à détruire tout germe microbien. Mais dans certaines régions, elle est trop riche en nitrates et dépasse la norme européenne qui est de 50 mg par litre. Les eaux en bouteilles, pour la plupart, sont issues de sources, dont la France est très riche. 

 

Les "eaux de table" 

Ce sont les moins chères du marché. Elles proviennent souvent d'une source, mais elles peuvent être aussi de l'eau de distribution publique tout simplement mise en bouteilles. D'où qu'elles viennent, ces eaux sont simplement tenues de respecter la réglementation sur l'eau potable. C'est tout ! Regardez l'étiquette. L'origine de l'eau y est obligatoirement indiquée. C'est la seule obligation légale avec l'indication du volume contenu dans la bouteille.

 

Les "eaux de source"

Celles-ci viennent d'une source déterminée qui fournit de l'eau potable à l'état naturel. Pour exploiter cette source, une autorisation préfectorale est nécessaire. Ces eaux sont mises en bouteille dès la sortie de leur source ou de celle des canalisations menant à la station d'embouteillage. Elles ne subissent aucun traitement ni aucune manipulation car tout est automatisé. L'eau que vous buvez est telle qu'elle était sous le sol. L'étiquetage indique sa nature, son origine, le numéro de l'autorisation préfectorale d'exploitation de la source et le volume d'eau contenu dans la bouteille. Certaines eaux de source sont vendues sous une même marque, mais proviennent de sources régionales différentes.

 

Les"eaux gazéifiées" 
Ce sont des eaux de source ou de distribution publique dans lesquelles on a ajouté, comme leur nom l'indique, un gaz. C'est du gaz carbonique ou un autre gaz provenant d'une nappe souterraine. La nature de l'eau, son origine et le traitement qu'elle a subi sont obligatoirement mentionnés sur l'étiquette.

 

Date limite de consommation 
Toutes les eaux embouteillées portent une date limite de consommation. Ce sont pourtant des produits purs qui ne subissent aucune manipulation. Mais leur goût peut s'altérer au contact du plastique de la bouteille. Au bout de deux ans pour une eau plate et d'un an pour une eau gazéifiée.
 

Mon conseil : Si vous utilisez régulièrement une eau de table et que vous ne vivez pas dans une région où l'eau du robinet est trop riche en nitrates, posez-vous la question : mon eau est bonne, pourquoi alors m'encombrer de bouteilles et payer plus cher ?

 

EAUX MINÉRALES ET EAUX DE SOURCES 
Les eaux minérales proviennent bien sûr de sources. Mais, comme leur nom l'indique, elles contiennent des sels minéraux. Ces minéraux leur confèrent des propriétés thérapeutiques, justifiant leur classement en eau minérale. Elles répondent à une législation différente des eaux de source qui, elles, ne contiennent pas ou très peu de sels minéraux.

 

À noter... Stockez toujours les bouteilles à l'ombre, dans un endroit frais et sec Lorsqu'une bouteille est entamée, mettez-la au réfrigérateur. Et si vous buvez â la bouteille, souvenez-vous que celui qui se désaltérera après vous bénéficiera de vos microbes !

 

Les eaux minérales plates

Elles sont soumises à une réglementation très précise, ne doivent pas être confondues avec les eaux de source, elles aussi en bouteilles. Les eaux minérales, largement consommées, ne sont pas toutes inoffensives.

 

1 200 sources ... 

La France est un pays particulièrement riche en sources d'eau minérale. On en recense 1 200 dont certaines sont très connues et très commercialisées. Ces sources sont réparties dans les différentes stations thermales. 95 % environ d'entre elles se trouvent dans les régions montagneuses : Alpes, Jura, Massif central, Pyrénées, Vosges, etc. Toutes sont soumises à une autorisation d'exploitation, délivrée par le ministère de la Santé (Décret du 6.06.1989) et renouvelable tous les 30 ans. Ces sources doivent être obligatoirement protégées par un périmètre de sécurité qui les préserve des pollutions. 


... aux vertus médicinales 

Chacune a des propriétés spécifiques répondant à une indication thérapeutique. Avant qu'on ne puisse les acheter en bouteilles partout, elles étaient uniquement consommées dans les stations thermales lorsque l'on s'y rendait pour "prendre les eaux", lors d'une cure. Et ce, depuis l'Antiquité. Jusqu'en 1950, elles étaient exclusivement vendues en pharmacie. Une eau minérale naturelle est obligatoirement d'origine souterraine, naturellement pure, sans avoir subi de traitement. Sa composition physico-chimique doit être constante ainsi que ses critères de qualité : température, aspect visuel, goût, débit de la source. 
Ses qualités thérapeutiques doivent avoir été reconnues par l'Académie nationale de médecine. Quand elle est mise en bouteille, elle doit l'être telle qu'elle est à la sortie de la source, sans subir aucun traitement.

 

Eaux de pluie et minéraux souterrains

L'eau venue du ciel pénètre dans le sol, chemine dans les fissures, s'enfonçant profondément sous terre. Elle suit un long chemin avant de revenir à la surface pour émerger. Ainsi, avant de surgir, l'eau d'Evian est restée sous terre 14 ans, celle de Contrexéville pendant 50 ans. On estime que les eaux des Pyrénées y ont cheminé entre 1400 à 5000 ans. Pendant ce voyage, l'eau se charge en minéraux au fur et à mesure des terrains traversés. 
Toutes contiennent trois éléments principaux : bicarbonates venant des roches calcaires et du magma profond, sulfates recueillis dans le gypse d'âges secondaire et tertiaire, et chlorites venant de roches profondes. Ces éléments sont liés avec du calcium, du magnésium, du sodium et du potassium. Selon les terrains traversés, les eaux se chargent en différents oligo-éléments qui font la particularité de chacune d'elle. 


Plus ou moins minéralisées 

En fonction de leur teneur en sels minéraux, on distingue les : 

  • eaux faiblement minéralisées : elles renferment moins de 500 mg de minéraux par litre. Thonon, Évian, Plancoët, Abatilles, Valvert, Volvic sont parmi les eaux "légères" faiblement minéralisées. Elles conviennent à tous, tous les jours, y compris pour les biberons des bébés et le thé des puristes.
  • eaux moyennement minéralisées : entre 500 et 1 500 mg/l que l'on peut aussi consommer fréquemment, comme, par exemple, Vittel.
  • eaux fortement minéralisées : plus de 1 500 mg/litre de minéraux. Elles ne sont pas à consommer quotidiennement mais lors d'un déficit de minéraux dans l'organisme. Parmi celles-ci, Hépar, Courmayeur, Tallians, Contrex. Ce sont les sels minéraux qui confèrent leur goût particulier à chaque eau.

 

Regardez l'étiquette 
La composition détaillée des différents sels minéraux est obligatoirement mentionnée sur l'étiquette. Le "résidu sec" indique la totalité de ceux-ci : il est exprimé en mg/litre. Une DLC (date limite de consommation) est aussi signalée : elle est généralement de deux ans.
 

Mon conseil : Ne consommez pas de façon inconséquente une eau très minéralisée. Ainsi, si vous absorbez rapidement une grande quantité d'eau riche en magnésium, cela risque de déclencher une diarrhée à cause de l'afflux brutal de ce sel minéral dans votre tube digestif.

 

Bien protégées

Les risques de pollution existent en surface, à l'émergence de la source qui se trouve souvent au fond d'une vallée. C'est pourquoi les eaux minérales sont le plus souvent captées en profondeur par forage afin d'éviter toute pollution. Un système de tuyauteries les conduit jusqu'aux bouteilles sans qu'elles soient jamais en contact ni avec le sol, ni avec l'air, ni avec un humain.

 

A noter... Traitez les eaux minérales avec précaution. Elles doivent rester à l'ombre. Ne les congelez pas, cela fragilise le PVC qui constitue les bouteilles et déforme les bouchons. D'où risques de fuites et d'entrée de microbes.

 

Les eaux minérales gazeuses

Qu'elle soit plate ou gazeuse, une eau minérale ressurgit après un long chemin effectué sous terre qui dure des dizaines d'années. Les eaux minérales gazeuses sont souvent à consommer avec précaution.

 

Gazeuses ou gazéifiées ?

On distingue : 

  • Les eaux naturellement gazeuses. Elles émergent des profondeurs de la terre chargées des gaz qu'elles y ont rencontrés. Le plus fréquent est le gaz carbonique. La majorité des eaux pétillantes sont naturellement gazeuses.
  • Les eaux renforcées au gaz de la source. Lorsqu'elle sort de terre et avant d'être embouteillée, l'eau est enrichie en gaz carbonique venant du gisement d'origine. C'est le cas de Perrier. 
  • Les eaux gazéifiées. Le gaz provient d'un autre lieu que celui de la source. D'origine naturelle ou non, il est ajouté à l'eau (minérale ou de source). La plus connue est Vitelloise, mais il y en a d'autres.

 

Toutes riches en sels minéraux Homme ou femme, comment avoir le ventre plat et maigrir vite du ventre ? Le centre d’amincissement anti-âge Hélène Galé vous propose un remodelage minceur pour perdre du poids avec le Cellu M6®, la cryolipolyse mais aussi la presso thérapie pour un drainage lymphatique et soulager les jambes lourdes.

Dans la panoplie des eaux plates, il existe un large choix d'eaux faiblement minéralisées qui peuvent être consommées quotidiennement sans problème. Ce n'est pas le cas en ce qui concerne les eaux minérales gazeuses. Les eaux dites bicarbonatées sodiques sont, comme l'indique ce terme, riches en sel. Elles en ont le goût et c'est souvent pour cela qu'on les aime ! Saint-Yorre (1708 mg/litre) et Vichy Célestins (1 265 mg/litre) sont les plus fournies. D'autres sont moins fournies en sel mais renferment du calcium et/ou du magnésium comme Salvetat, Badoit, Quézac, Vais, San Pellegrino. On y trouve aussi du fluor : Saint-Yorre (9 mg/l), Vichy Célestins (5,9 mg/l), Quézac (1,8 mg/l), Badoit (1 mg/l).

 

Fêtes et digestion 

Les eaux minérales gazeuses représentent un marché en plein développement et font l'objet d'un intense marketing. Il y a une dizaine d'années, seules trois sources étaient largement commercialisées (Badoit, Perrier et Saint-Yorre). Il y en a maintenant plus d'une dizaine, dont certaines venues d'Italie. Il y a plusieurs raisons à cet engouement pour les eaux pétillantes. Leurs bulles, qui rappellent celles du Champagne, donnent une image de fête au repas. D'ailleurs, dans les restaurants et surtout lors des déjeuners d'affaires, elles se substituent souvent au vin. Beaucoup ont du goût, surtout les bicarbonatées sodiques, que n'ont pas les eaux plates. De plus, à cause justement des bicarbonates, elles favorisent la digestion. Enfin, du fait du gaz qui est dissous, elles désaltèrent mieux, surtout en été, et ce d'autant plus qu'elles sont toujours servies fraîches. C'est probablement pour cela que leurs ventes sont toujours plus élevées quand il fait chaud.

 

Colorées et aromatisées 
Les industriels ont imaginé, pour développer leurs ventes, d'aromatiser et de colorer certaines de ces eaux pétillantes (des plates également). Elles n'offrent pas d'intérêt nutritionnel particulier  !
 

Mon conseil : Changez de marque ! Si vous êtes adepte des eaux pétillantes, ne buvez pas toujours la même. Altemez-les, le choix est suffisamment important. Ainsi, vous élargirez la panoplie des sels minéraux.

 

BULLES ET INTESTIN FRAGILE 
Les eaux gazeuses ne sont pas particulièrement recommandées en cas de colite et/ou de ballonnements. On n'a alors nul besoin de gaz supplémentaire ! Lorsque la consommation d'une de ces eaux est habituelle et quotidienne, et que l'on souffre de ces affections, il suffit de passer à l'eau plate pour aller beaucoup mieux.

 

À noter... Toutes les eaux riches en sodium sont bien sûr déconseillées en cas de régime sans sel. Il ne faut pas abuser non plus de celles qui contiennent beaucoup de fluor : un excès de ce minéral favoriserait l'ostéoporose.

 

Le centre d'amincissement Hélène Galé, votre coach minceur anti-âge, vous propose de mincir ou de maigrir avec la cryolipolyse à Tarbes 65000. Supprimez la cellulite qui vous gène et profitez des soins visage et corps et des compléments alimentaires Hélène Galé !

Centre Hélène Galé : 20, rue Soult à Tarbes - Tél. : 06 69 76 91 73 - 05 62 93 43 90
Mentions légales - Photos non contractuelles - Tous droits réservés © 2017
Réalisation par axynet