» L'encyclopédie Hélène Galé
 

CES VITAMINES QUI N'EN SONT PLUS !

Durant la période d'enthousiasme qui a suivi la découverte des premières vitamines, on a été amené à baptiser de ce terme des substances qui ne répondaient pas à la définition du mot : il ne s'agissait ni d'amines ni de substances nécessaires à la vie, si utiles fussent-elles parfois au bon fonctionnement de l'organisme. Lorsqu'on a constaté qu'il ne s'agissait pas stricto sensu de vitamines, on les a retirées de la nomenclature, mais sans rectifier la numérotation. Ce qui explique, par exemple, que la vitamine B5 succède à la vitamine B3 et la B12 à la B9.

Le centre d’amincissement Hélène Galé, votre coach minceur anti-âge vous permettra de maigrir et de rajeunir grâce à la cryolipolyse, votre cellulite sera enlevée rapidement et vous fera un ventre plat.

L'EX-VITAMINE B4 ou ADÉNINE

On l'appelait « vitamine des globules blancs », parce qu'elle stimule leur formation ; mais sa carence, qui se traduit par des polynévrites, n'a été constatée qu'à titre expérimental. On la trouve, comme les "vraies" vitamines du groupe B, dans les levures, le foie, les germes de céréales, les viandes et les poissons.

L'EX-VITAMINE B10 ou ACIDE PARA-AMINOBENZOÏQUE (PABA) ou H2 ou H1

Prescrit actuellement comme protecteur solaire, l'acide paraaminobenzoïque intervient dans les processus d'oxydation qui aboutissent à la formation de  la mélanine (pigment brun de la peau  et des cheveux), et participerait donc à la protection contre la lumière solaire. Mais il est souvent mal supporté, et peut provoquer des dermites par allergie au soleil. Les personnes allergiques aux sulfamides sont aussi allergiques au PABA, dont la structure est voisine. De ce fait, il s'oppose aussi à l'effet antibiotique des sulfamides. Ses inconvénients amènent progressivement à l'abandonner comme photoprotecteur et comme anti-oxydant. On préfère utiliser le bêta-carotène et la vitamine E comme photoprotecteurs (avec le nicotinamide quand il y a lucite, ou allergie au soleil), et la vitamine C en association avec la vitamine E et le bêta-carotène comme anti-oxydants. On le trouve dans les mêmes sources que toutes les vitamines du groupe B : la levure de bière, les céréales complètes, le germe de blé, les légumes.

L'EX-VITAMINE B11 ou O

Parce qu'elle stimule les sécrétions de l'estomac et du pancréas, on l'a appelée « vitamine de l'appétit ». Une carence expérimentale entraîne de l'anorexie, une mauvaise assimilation et une atrophie des muscles. On la trouve dans la plupart des tissus animaux et la levure de bière.

L'EX-VITAMINE B13 ou ACIDE OROTIQUE

L'acide orotique se trouve en abondance dans le petit-lait. C'est un facteur de croissance qui se transforme en bases nucléiques (les constituants des gènes). Il est utilisé pour synthétiser des sels de minéraux divers (orotate de fer, orotate de lithium, etc.) et est inscrit en France au tableau C (substances  dangereuses).

L'EX-VITAMINE  B15 ou ACIDE PANGAMIQUE

Le terme « acide pangamique » couvre une variété de substances : diméthylglycine, acide gluconodiméthylamino-acétique, etc., dont on a mis en avant les qualités potentielles : augmentation de l'endurance chez les sportifs, amélioration des pathologies respiratoires, articulaires, nerveuses, etc. Aucune de ces prétentions n'a été, jusqu'ici, soutenue par une étude scientifique.

L'EX-VITAMINE B17 ou  LAETRILE

En France, elle est officiellement inconnue. Aux États-Unis, elle est interdite dans 31 États... Elle contient du cyanure. On la trouve dans le noyau des abricots, des pêches, des cerises et des prunes, et dans les pépins de pomme. Au Mexique, elle est employée dans le traitement de certains cancers. On met en avant le fait que les populations qui consomment traditionnellement beaucoup d'abricots ont un faible taux de cancer. Mais le laetrile se trouve dans le noyau des abricots et non dans la chair, qui, elle, est riche en bêta-carotène, un facteur reconnu  protecteur contre les cancers. Toutes les études qui ont testé les vertus anticancer du  laetrile se sont révélées négatives

L'EX-VITAMINE F

Ce sont deux acides gras insaturés (acides linoléique et alpha-linoléique)  qu'on appelle aussi « acides gras essentiels » car l'organisme ne peut en faire la synthèse. Originellement, on les avait baptisés « vitamine F » ( de fatty acicl). Leur rôle avait été découvert dès 1922, lors d'expériences animales : des rats souffrant de retard de croissance, de rugosité de la peau, de lésions rénales et d'infertilité consécutifs à un régime dépourvu de graisses, avaient été guéris par l'administration d'acide linoléique.

On trouve l'acide linoléique surtout dans les huiles de tournesol, de maïs et de pépins de raisin, et l'acide alpha-linoléique surtout dans les huiles de colza, de soja et de noix.

L'acide linoléique est le chef de file d'une famille que l'on appelle les « acides gras oméga-6 », et l'acide alpha-linoléique, le chef de file d'une famille que l'on appelle les « acides gras oméga-3 ».

Ils se transforment en d'autres composés, en particulier les suivants : 

  • Du côté des acides gras oméga-6, en acide gamma-linoléique, un acide gras qui n'existe pas dans l'alimentation, mais que l'on trouve dans les huiles d'onagre ou de bourrache.
  • Du côté des acides gras oméga-3, en EPA et DHA que l'on trouve dans les poissons gras : saumon, truite de  mer, hareng, maquereau, sardine, flétan, rouget-barbet. 

Ces acides gras ont une importance fondamentale dans le développement cérébral du fœtus et de l'enfant. Il est conseillé aux femmes enceintes ou qui allaitent de consommer une huile qui contient de l'acide alpha-linoléique (huile de colza : de soja, de noix ou huile « complète ») et des poissons gras.

Ces huiles sont des huiles d'assaisonnement et ne doivent pas être cuites, car l'acide alpha-linoléique est très sensible à la chaleur. On conseille de choisir des huiles de première pression à froid, et de les conserver au réfrigérateur.

Quant aux poissons gras, ils sont encore plus vulnérables, et on ne peut les consommer avec bénéfice que marinés, dans du citron par exemple, cuits à la vapeur de manière brève (5 min environ), ou pochés à feu éteint (on coupe le feu lorsque l'eau frémit et on laisse couvert à peu près 10 min).

Durant le dernier mois de grossesse, il est prudent de restreindre la consommation de poisson gras, car ils peuvent retarder l'apparition du travail. Ces acides gras essentiels ont pour produits terminaux des médiateurs que l'on appelle prosta "glandines"et « leucotriènes ».

Ce sont des médiateurs de l'immunité, de l'inflammation, de l'allergie, de l'activation des plaquettes sanguines et du tonus des parois artérielles. C'est pourquoi la qualité des acides gras que l'on ingère se reflète dans les membranes de nos cellules, où ils se transforment en ces médiateurs.

Si l'alimentation est très riche en graisses saturées (charcuteries et viandes grasses, beurre et fromages, friture, huile d'arachide ou de palme) et pauvre en acides gras polyinsaturés, les médiateurs auront tendance à affaiblir les défenses immunitaires, à augmenter les réponses inflammatoires et allergiques, à faciliter les dépôts de plaquettes sur les artères (où ils jouent un rôle dans l'athérosclérose) et dans les veines, où ils peuvent provoquer une phlébite ; ils auront également tendance à resserrer les artères, et contribueront à l'hypertension.

À l'inverse, si l'alimentation est pauvre en graisses saturées et apporte suffisamment d'acides gras polyinsaturés, les médiateurs auront tendance à renforcer les défenses immunitaires, à diminuer les réponses inflammatoires et allergiques, à fluidifier le sang et à prévenir l'hypertension.

 

SIGNES  DE  DÉFICIENCE 
Le centre d’amincissement Hélène Galé, votre coach minceur anti-âge vous permettra de maigrir et de rajeunir grâce à la cryolipolyse, votre cellulite sera enlevée rapidement et vous fera un ventre plat.Un bon signe d'appel est la peau sèche : un signe auquel il ne faut jamais se contenter de répondre par une crème hydratante. Car, si les membranes des cellules de la peau sont appauvries en acides gras essentiels, les membranes des cellules de nos organes internes risquent de l'être également. Dans ce cas, il est important d'enrichir son alimentation en acides gras polyinsaturés.

Malheureusement,  ce n'est pas toujours suffisant, car la transformation des chefs de file oméga-3 et oméga-6 est souvent perturbée pour de multiples raisons : excès de graisses saturées, excès de sucres rapides, diabète, déficience en zinc (coenzyme de la transformation), stress, terrain allergique, infection virale, immaturité des enzymes du petit enfant, déclin de leur fonction chez la personne âgée.

Une très forte proportion (80 %) de la population ne reçoit pas les apports recommandés en zinc. Il est donc souvent nécessaire d'associer aux conseils alimentaires une supplémentation en zinc et de l'huile d'onagre ou de bourrache qui apporte le GLA (acide gammaIinolénique) directement.

Néanmoins, la meilleure politique est la prévention. Pour ce faire, une huile complète a été conçue pour apporter dans les assaisonnements tous les acides gras essentiels, ainsi que leurs produits dérivés les plus importants : GLA1, EPA2 et DHA3. Il s'agit de l'Huile complète trilipoprotôgée Bustos, produite à Annecy. 2 cuillerées à soupe par jour, et 3 poissons gras par semaine satisfont les besoins quotidiens du bien-portant.

Enfin, on utilise en traitement des apports impor- tants d'EPA et de DHA (poissons gras associés ou non avec des capsules d'huile de poisson). 

  • Dans l'excès de triglycérides. 
  • Après une dilatation des artères coronaires (angioplastie).
  • Dans l'hyperagrégation des plaquettes et en prévention des phlébites. 
  • Dans l'allergie et les maladies inflammatoires auto-immunes. 
  • Dans la transplantation d'organes. 

On utilise aussi en traitement des apports importants de GLA (huile d'onagre) dans l'eczéma, le diabète, la sclérose en plaques. Il est alors nécessaire de protéger ces acides gras des risques d'oxydation interne par les radicaux libres, avec un apport supplémentaire de vitamine E et de bêta-carotène. Enfin, des travaux expérimentaux suggèrent que ces acides gras jouent un rôle important dans certaines pathologies mentales. En effet, les acides gras de la membrane des synapses (régions de contact entre deux neurones) modulent la qualité de réception des messages envoyés par les neurotransmetteurs.

L'EX-VITAMINE I ou INOSITOL

En association avec la biotine et la choline, l'inositol intervient dans le métabolisme des lipides et s'oppose aux dépôts de graisse dans les organes. Dans l'organisme, l'inositol participe à la formation des phospholipides ou graisses phosphorées, constituants des membranes cellulaires. Il n'existe pas de carence chez l'être humain, et les besoins sont très largement couverts par l'alimentation et les capacités de synthèse de l'organisme. Les carences provoquées expérimentalement chez l'animal entraînent des chutes de poil, de l'eczéma, des dermites, de l'asthénie et des stéatoses (dépôts graisseux). Abondant dans les oléagineux, comme les amandes, et les légumineuses, comme les haricots, il est prescrit dans les affections du foie, l'athérosclérose, l'excès de cholestérol dans le sang et les dermites, sans preuve déterminante de son efficacité. 

Il a été récemment établi par des pédiatres que l'administration d'inositol aux prématurés réduit la sévérité de la dysplasie (trouble du développement) broncho-pulmonaire, la mortalité qui lui est associée, et la fréquence des atteintes de la rétine et des risques de cécité entraînés par la nécessité de mettre ces enfants sous oxygène. Enfin, le taux d'inositol est diminué chez les diabétiques au niveau des nerfs, et des études préliminaires trouvent une amélioration de la vitesse de conduction après prise orale d'inositol.

L'EX-VITAMINE J ou CHOLINE

Elle influence le métabolisme des graisses et jouerait un rôle de protection contre l'athérosclérose. Il n'y a pas de carence chez l'être humain, car la choline peut être synthétisée dans l'organisme à partir d'un acide aminé : la méthionine.

Cependant, un déficit en choline peut participer à un trouble hépatique. Il existe actuellement une vingtaine de spécialités pharmaceutiques à base de choline, prescrites pour dissoudre les dépôts de graisse et en traitement des troubles dyspeptiques (maux d'estomac, nausées, vomissements) ; mais leur efficacité n'est pas prouvée.

On l'utilise aussi pour améliorer la qualité de la mémoire, car elle est impliquée dans les processus de neuromédiation. Elle est le précurseur de l'un des neurotransmetteurs les plus importants dans la mémorisation : l'acétylcholine.

Avec l'âge, dans certaines pathologies comme la maladie d'Alzheimer et la dyskinésie (trouble de l'activité motrice) tardive due à la toxicité des neuroleptiques, ou lors de l'usage prolongé de certains médicaments comme le méthotrexate, des déficits neuronaux en choline peuvent apparaître. 
La choline se trouve dans la plupart des aliments qui contiennent des graisses, mais ceux qui en sont le plus riches ne sont pas toujours consommés de façon courante : jaune d'œuf, foie, soja, germe le blé.

L'administration de fortes doses de choline a permis des améliorations dans les dyskinésies tardives. L'usage le plus commun de la choline est la stimulation de la mémorisation chez la personne âgée.

La synthèse d'acétylcholine nécessitant de la vitamine B1, et cette dernière participant à l'action neuromédiatrice effectuée par l'acétylcholine, il est important de les associer (comme dans Bioptimum Mémoire-Concentration).

L'EX-VITAMINE P ou FLAVONOÏDES

On avait baptisé « vitamine P » tout un groupe de pigments hydrosolubles, qui sont associés à la vitamine C au sein de certains végétaux. La plus connue de ces substances est la rutine, qui potentialise l'assimilation de la vitamine C. Elle participe à la protection du collagène et des vaisseaux sanguins, surtout les capillaires : on la prescrit dans le traitement de l'insuffisance circulatoire veineuse. Les flavonoïdes jouent un rôle anti-oxydant important, et des études récentes montrent qu'une consommation fréquente de ces substances (que l'on trouve dans les fruits comme les agrumes, les légumes, le thé et le vin rouge, à qui ils donnent leur couleur) réduit la fréquence des pathologies cardio-vasculaires.

 

Le centre d’amincissement Hélène Galé, le spécialiste du Cellu M6® - l'arme anti-cellulite - depuis son invention en 1986 vous permettra de gommer vos excès de cellulite. Pour plus d’information, rendez-vous sur notre formulaire de contact.

Centre Hélène Galé : 20, rue Soult à Tarbes - Tél. : 06 69 76 91 73 - 05 62 93 43 90
Mentions légales - Photos non contractuelles - Tous droits réservés © 2017
Réalisation par axynet